La logique de la civilisation industrielle déboulonnée par François

Alexandre Shields signait un article dans le journal le Devoir du 26 juin 2015 sous le titre : Québec autorise une autre mégamine en Abitibi. Le journaliste rapporte une déclaration du ministre David Heurtel faite par communiqué : « Le projet d’exploitation de Mine Dumont est un bel exemple de projet qui conjugue les trois piliers de développement durable, soit le développement économique et social et la protection de l’environnement ». http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/443629/quebec-autorise-la-plus-grosse-mine-a-ciel-ouvert-au-canada Il est intéressant de voir comment l’encyclique du pape François déboulonne la logique à laquelle se réfère le ministre. « Il ne suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l’environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent seulement un peu l’effondrement. Il s’agit simplement de redéfinir le progrès. P.148 http://www.eveques.qc.ca/encycliques/LaudatoSi.pdf Et comment l’encyclique redéfinit-elle le progrès : … “les coûts économiques et sociaux dérivant de l’usage des ressources natu­relles communes soient établis de façon transpa­rente et soient entièrement supportés par ceux qui en jouissent et non par les autres populations ou par les générations futures”.149 Cette citation est de Benoît XVI, Lett. enc. Caritas in veritate (29 juin 2009), n. 50 : AAS 101 (2009), 686. Ce passage de l’encyclique illustre l’ampleur de la critique de la logique dans laquelle civilisation industrielle nous enferme. Pierre Racicot, Ph.D. Président de VRIc