Gouvernance

Gouvernance du développement : Organiser la gestion des flux en tenant compte des villes/mrc de développement

Les mandats de développement économique que possèdent les villes sont limités et aléatoires. Compte tenu des défis que représentent la concurrence internationale, les changements climatiques et les pouvoirs que possèdent les villes et les régions de plusieurs pays du monde, il est devenu une nécessité que les états du Québec et du Canada transferts aux villes et aux régions du Québec des ressources humaines et financières leur permettant de maîtriser leur développent, notamment, par l’implantation l’économie circulaire.

La visée zéro déchet et zéro effet de serre implique des investissements dans la R&D et les transferts technologiques afin de lever les verrous technologiques et la création d’entreprises à valeur ajoutée porteuses de technologie propre; améliorer la compétitivité des entreprises existantes; des entreprises d’économie sociale.

Les entreprises à valeur ajoutée nécessitent, dès le premier montage financier, de prévoir les sources de financement pour le deuxième et le troisième montage financier. Au moment de sa création, il lui faut prévoir les ressources pour exploiter le petit marché local que constitue celui du Québec et du Canada, mais aussi les marchés internationaux, dont ceux des pays émergents.

En conséquence, il serait opportun que les centres de recherche et de transfert technologique se spécialisent dans la miniaturisation de nouvelles technologies propres pour répondre aux besoins des petits marchés, technologies pouvant être surdimensionnées pour les grands marchés. La technologie de NovX21 est un excellent exemple.

Cette orientation de l’implantation de l’économie circulaire implique à moyen terme :

1.   que s’établisse une relation organisationnelle entre les villes, les MRC et l’enseignement supérieur, et ce, dans toutes les régions du Québec;

2.   que les gouvernements supérieurs accordent le mandat d’implanter l’économie circulaire aux villes et aux régions et les ressources financières nécessaires à la réalisation du mandat;

3.   que l’identification des territoires des villes, MRC et régions de développement se base sur deux réalités incontournables du développement à savoir :

1.   le système d’éducation et le système d’enseignement supérieur;

2.   la coordination et de la gestion des flux (déchets, émissions).

Ce sont les opérateurs des flux avec les gestionnaires du développement économie et de l’aménagement des villes et des MRC qui devraient participer à l’identification des territoires les plus pertinents à la coordination et la gestion des flux et à l’implantation démocratique de l’économie circulaire.

Les territoires des régions et villes de développement que VRIc a élaboré sont des outils de référence liés au système d’éducation et de l’enseignement supérieur. Dans le cas des MRC, VRIc a considéré d’autres éléments, mais non celui de la coordination et de la gestion des flux.

Régions de développement du Québec

Sources : Carte des régions administratives, Institut de la statistique du Québec

Villes de développement par régions

Les villes de développement sont celles qui comptent au moins un cégep une antenne collégiale et/ou un centre d’innovation et de transfert technologique.

Sources : Statistique Canada, recensement de 2011, 22/02/2012